Arrêt de travail

Arrêts de travail, les gérer lorsqu’ils se répètent ou se prolongent !

L’arrêt de travail d’un employé constitue une période indemnisée en vue de l’amélioration de son état de santé. Cependant, les arrêts de travail à répétition ou prolongés ne sont pas sans conséquences pour les salariés et les entreprises.

1. Conséquences des arrêts de travail :

01• Pour l’entreprise : entrave à la ­performance de l’entreprise : baisse quantitative et ­qualitative de la production, ­formation de remplaçants,  et recours à l’intérim, etc.

• Pour le salarié : dévalorisation ­professionnelle et/ou personnelle, fragilisation pouvant ­déboucher sur la sortie de l’emploi.

2. Les arrêts prolongés

02Ils se caractérisent par leur reconduction, sans visibilité pour le salarié et l’employeur sur la date de retour à l’emploi. Une ­personne sur deux ne reprend pas son activité professionnelle suite à un arrêt de travail supérieur à 6 mois.

3. Les arrêts répétés

03Ils se caractérisent par leur fréquence, alternant arrêt et reprise. Même de courte durée, ils peuvent mettre en péril la poursuite de l’activité professionnelle.

4. Comment optimiser la gestion des conséquences des arrêts de travail ?

ARRÊTS PROLONGÉS : Comment utiliser cette période pour optimiser le retour à l’emploi ?

POUR L’ENTREPRISE :

• Rester ouvert et à l’écoute des salariés en arrêt maladie pour préparer leur retour à l’emploi ;

• Communiquer auprès des salariés sur la visite de préreprise : envoi de courrier pendant l’arrêt, affichage dans l’entreprise, etc. ;

• Accueillir le salarié à son retour et faire le point sur sa reprise de poste et sur les tâches à accomplir.

La durée de l’absence du salarié, même longue, ne peut pas être, en soi, un motif de licenciement sauf avec l’autorisation de l’inspection du travail. Pour cela, l’employeur doit prouver la perturbation de l’entreprise et la nécessité de remplacer définitivement le salarié absent.

POUR LE SALARIÉ :

Pour préparer le retour à l’emploi, le salarié doit s’inscrire dans une ­dynamique :

• Contacter régulièrement son employeur pour l’informer sur son état de santé et des éventuelles difficultés à prévoir lors de sa reprise ;

• Solliciter une visite de préreprise auprès du médecin du travail pour faire le point avec lui et réfléchir sur les aménagements nécessaires et ­réalisables en vue de créer des conditions favorables à sa reprise ;

• Se rendre disponible sur le terrain pour préciser les adaptations ­nécessaires.

04

ARRÊTS RÉPÉTÉS : Que faire lorsque cette situation se présente ?

POUR L’ENTREPRISE :

• Rester ouvert et à l’écoute des salariés dont les arrêts se répètent ;

• L’employeur peut solliciter une visite auprès du médecin du travail, à sa ­demande, sur les heures de travail du salarié, pour faire le point sur sa ­situation de santé et l’impact sur son poste de travail.

POUR LE SALARIÉ :

• Communiquer avec son employeur pour réfléchir à des solutions visant à limiter les difficultés rencontrées au poste ;

• Le salarié peut solliciter une visite médicale auprès du médecin du ­travail pendant les heures de travail ou pendant un arrêt, même de courte durée ;

• Le salarié pourra utiliser les heures cumulées sur son Compte ­Personnel de Formation (remplaçant l’ancien système de DIF, Droit Individuel ­Formation, à partir du 1er janvier 2015) pour optimiser son retour à l’emploi grâce à un bilan de compétences, formation qualifiante, remise à niveau, etc.

La prévention de la désinsertion professionnelle commence par le maintien de l’aptitude. Dans cet objectif, des ­aménagements peuvent être prescrits sur les avis d’aptitude délivrés par le médecin du travail à l’issue des visites ­médicales.

Exemples : adaptations techniques, temps partiel thérapeutique ou invalidité, reclassement, etc.
Si l’employeur ne peut pas les mettre en œuvre, il doit consulter le médecin pour étudier d’autres solutions. L’absence de solutions peut aboutir à un licenciement pour inaptitude.

 A retenir !

  • Quel que soit le type d’arrêt : mettre en place des protocoles distincts en cas d’absences ­prévisibles (maternité, intervention chirurgicale ­programmée, etc.) ou inopinées.
  • Plus le signalement auprès du service de santé au travail est précoce, plus le retour à l’emploi sera optimisé.
  • Il est important que l’employeur analyse le type d’arrêts dans son entreprise et en fasse le suivi en collaboration avec le médecin du travail.
  • La gestion du handicap et les aménagements de poste sont rendus efficaces par un travail en réseau en faveur du maintien en emploi.
  • Rester vigilants concernant les facteurs de risques professionnels dans votre entreprise ! Leur ­prévention sera bénéfique pour limiter les arrêts de travail.
  • Actualiser régulièrement votre Document Unique : idéalement 1 fois par an.

Article rédigé par

Nabila Boulhram, Psycho-ergonome du Travail

Aline Flower-Rousseau, Psycho-ergonome du Travail

Marie-France Vaillant, Médecin du Travail – IPRP

Illustrations : Ixène

Posted in Dossier, Prévention.

One Comment

  1. Bonjour, merci pour ce petit texte précis et concis. J’adore parcourir tes posts captivants qui nous présentent continuellement de bons propos. Amicalement. Un lecteur de vos écrits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*