Chaleur froid au travail

Chaleur (et froid) au travail ? Que faire ?

Les ambiances thermiques font référence aux conditions de température, d’humidité et de vent auxquelles sont exposées les personnes sur leur lieu de travail. Ces facteurs de risques sont à prendre en compte, car la température corporelle normale de l’humain, avoisinant 37°, reste stable grâce à des ­mécanismes d’adaptation. Ces derniers peuvent être perturbés en cas en dépassement des seuils préconisés et porter atteinte à la santé, la performance, et augmenter le risque d’accident.
A l’intérieur ou à l’extérieur, à la chaleur ou au froid, il est nécessaire de s’assurer que les conditions de réalisation des tâches permettent de maintenir cette stabilité. La recherche du confort thermique est donc vivement recommandée.

1. La notion de confort thermique

Le confort thermique correspond à un état de ­bien-être par ­rapport aux conditions thermiques, et résulte de l’équilibre de ­l’organisme qui ­s’établit par échange de température entre le corps et ­l’environnement. Malgré les différences ­individuelles pour ­mobiliser les mécanismes de régulation, les ­recommandations pour le confort thermique au ­travail sont les suivantes :

Conditions de confort thermique au travail (INRS)

Tableau-1-Conditions-de-confort-thermique-au-travail

2. Travailler dans des ambiances chaudes

Travail-et-ambiances-thermiques-01

 

 

Le code du travail ne fixe aucune valeur seuil de ­température froide ou chaude en milieu ­professionnel. Cependant, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour ­protéger la santé des travailleurs en respectant la ­réglementation (Article L 4131-1, ancien art L230-21 du code du ­travail ; Article R.4213-7) et les normes (ex. NF X 35-203) ­spécifiant les conditions de confort thermique.

 

 

 

 

 

Travailler dans des ambiances chaudes et la notion de stress ­thermique
Les ambiances de travail sont considérées comme chaudes lorsqu’on atteint des températures supérieures à 30° en ce qui concerne le travail ­sédentaire, et 28° pour le travail physique. En dehors de plages recommandées pour le confort thermique (voir tableau ci-dessus), des mesures doivent être prises afin de préserver la santé et les performances des salariés.

Températures maximales acceptables
(Centre Belge de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail)

Tableau-2-Centre-Belge-de-la-fondation-européenne-pour-l'amélioration-des-conditions-de-travail-Températures-maximales-acceptables

1

MOYENS DE PROTECTION POUR LE TRAVAIL A L’EXTÉRIEUR

• Fractionner l’exposition à la chaleur ;
• Augmenter la fréquence des pauses ;
• Limiter le travail physique intense et le port de charges répétitif ;
• Adapter les horaires de travail en fonction des contraintes climatiques ;
• Mettre en place une rotation des tâches ;
• Protéger les yeux ;
• Vêtements de travail et équipements adaptés permettant l’évacuation de la transpiration. Privilégier les vêtements de couleur claire ;
• Mettre de l’eau fraiche à disposition et inciter les salariés à se ­désaltérer souvent ;
• Établir une « procédure d’urgence en cas d’exposition à la chaleur ».

 

Travail-et-ambiances-thermiques-02MOYENS DE PROTECTION POUR LE TRAVAIL A L’INTÉRIEUR

• Assurer une ventilation adéquate ;
• Veiller au niveau de température ambiante ;
• Installer des dispositifs de rafraichissement de l’air (climatisation, ventilateurs) ;
• Mettre de l’eau à disposition ;
• Prévoir des espaces frais destinés aux pauses ;
• Réduire l’exposition à la chaleur émise par les ­dispositifs dégageant de la chaleur ;
• Pour les activités en ambiance chaude (ex : ­fonderie) mettre à disposition des vêtements de protection contre la chaleur, vestes de refroidissement.

 

En période de forte chaleur ou caniculaire, penser à établir un « plan canicule » à mettre à disposition de vos salariés.

3. Travailler dans des ambiances froides

De manière générale, les températures inférieures à 15° génèrent des situations d’inconfort thermique. Pour des températures inférieures à 10°, on considère être dans une ambiance de travail froide. Pour les températures en dessous de – 5°C, nous parlons de froid excessif.

2

Travail-et-ambiances-thermiques-03MOYENS DE PROTECTION POUR LE TRAVAIL A L’INTÉRIEUR

• Assurer une température suffisante (isolation, réglage de la ­fermeture des portes…) ;
• Supprimer les courants d’air ;
• Mettre des boissons chaudes à disposition du personnel ;
• Signaler les zones d’entrée en basse température ;
• Mettre à disposition des équipements adaptés au froid ;
• Veiller à ce que les chambres froides soient munies de ­boutons d’appel et/ou d’ouverture d’urgence.

 

Travail-et-ambiances-thermiques-04MOYENS DE PROTECTION POUR LE TRAVAIL A L’EXTÉRIEUR

• Surveiller les fluctuations de températures (attention, une température de -5° avec un vent de 45km/h peut produire le même refroidissement corporel qu’une température de -15°) ;
• Aménager un local chauffé avec des boissons chaudes à ­disposition ;
• Mettre en place des aides techniques et/ou ­organisationnelles pour réduire la charge physique de travail et la transpiration ;
• Choisir des matériaux isolants, adaptés aux conditions ­climatiques ;
• Vêtements et équipements de protections isolants ;
• Pauses de récupération à intervalles réguliers dans un local chauffé ;
• Éviter ou limiter le temps de travail au froid.

 

Si vous êtes adhérent au SEST, l’équipe pluridisciplinaire de notre Service se tient à votre disposition pour vous aider à évaluer les conditions de travail dans votre entreprise (la température, la vitesse de l’air, le taux d’hygrométrie) et vous accompagner dans l’aménagement matériel et organisationnel visant à diminuer les risques sur la santé.

Rappel :

Les ambiances thermiques font l’objet d’une évaluation dans le cadre du DUER.

Au 1er janvier 2016, vos salariés seront concernés par la fiche de prévention de la pénibilité s’ils sont exposés à des températures ≥30° ou <5° sur une durée annuelle ≥900h. Une surveillance médicale rapprochée est à prévoir dans ce cas.


Article rédigé par

Aline Flower-Rousseau, Psycho-ergonome du Travail

Marie-France Vaillant, Médecin du Travail – IPRP

Illustrations : Ixène

Posted in Dossier, Prévention.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.