Coronavirus COVID-19 | Personnes à risque

En raison de leur état de santé, de leur âge ou encore de leur situation, certaines personnes sont considérées comme étant « à risque ». Il convient de prendre des mesures d’hygiène et de sécurité particulière pour ces personnes.

 


Mesures barrières spécifiques aux personnes à risque

Retrouvez l’ensemble des mesures barrières spécifiques à ces personnes sur le site du Haut Conseil de la Santé Publique.

 


Liste des personnes considérées comme étant à risque

Au total, la liste des personnes considérées à risque de développer une forme grave de Covid-19 comporte :

  • Les personnes âgées de 65 ans et plus (même si les personnes âgées de 50 ans à 65 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée) ;
  • Les personnes avec antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV* ;
  • Les diabétiques, non équilibrés ou présentant des complications* ;
  • Les personnes ayant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale (broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d’apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;
  • Les patients ayant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • Les malades atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;
  • Les personnes présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm-2) ;
  • Les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise (médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive ; infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 <200/mm3 ; consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques ; ou liée à une hémopathie maligne en cours de traitement) ;
  • Les malades atteints de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins ;
  • Les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • Les femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse, compte tenu des données disponibles et considérant qu’elles sont très limitées.

 


Dispositif d’indemnisation des interruptions de travail des salariés

Le dispositif d’indemnisation des arrêts de travail dérogatoires créé dans le cadre de la crise sanitaire COVID-19 évolue le 1er mai. Ce dispositif s’adresse :

  • Aux parents contraints de garder leur enfant ;
  • Aux personnes présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie
  • Aux personnes cohabitant avec ces personnes.

Il vise à placer ces personnes en activité partielle par leur employeur, qui leur versera une indemnisation. Plusieurs situations peuvent se présenter, nous vous invitons à découvrir toutes les situations d’activité partielle sur le site de l’Assurance Maladie.

Les renseignements sur l’activité partielle sont disponibles sur le site du ministère du Travail ou auprès des employeurs.