La prévention des TMS

 

Télécharger la fiche repère !

 

La-prévention-des-TMS-CouvertureLe saviez-vous ?

Tendinite, lombalgie, syndrome du canal carpien, épicondylite, hygroma du genou (…) sont des pathologies dont les causes sont multiples. A composante professionnelle, elles affectent les nerfs, les muscles et les tendons au niveau des articulations. On les appelle Troubles Musculo Squelettiques, plus connus sous le nom de TMS.

Ils se manifestent par des douleurs ou des gênes lors des mouvements qui peuvent devenir handicapantes au quotidien.

Les conséquences pour les entreprises, notamment petites et moyennes, sont souvent sous-estimées : absentéisme, désorganisation, baisse de performance, perte de qualité, etc.

 

 

Quelques chiffres :
• En France, en 2010, plus de 40 000 nouveaux cas TMS indemnisés ;
• 40% laissent des séquelles (Incapacité Permanente Partielle) ;
• Près de 100 000 accidents du travail sont des lombalgies ;
• + de 8 millions de journées perdues dont 1/3 pour TMS de l’épaule.
(Données CNAMTS)

De quoi parlons-nous ?

Les TMS résultent de la combinaison de plusieurs causes :

CARACTÉRISTIQUES PROFESSIONNELLES
Biomécaniques :
Espace de travail, répétition des mêmes gestes, efforts importants, manutentions lourdes, travail immobile prolongé, postures contraignantes (bras en l’air, accroupi, penché, etc.), exposition aux vibrations, travail au froid, etc.

Organisationnelles :
Délais trop courts, travail monotone, tâches dépourvues d’intérêt, absence de possibilité de s’organiser ou de choisir sa façon de faire, manque de pause, temps de récupération insuffisant, etc.

Psychosociaux :
Mauvaises relations de travail, défaut d’entraide entre collègue, manque de reconnaissance, incertitude sur l’avenir, sentiment d’être en situation d’échec, situations de stress, etc.

CARACTÉRISTIQUES PERSONNELLES
Les contraintes de travail n’ont pas les mêmes conséquences selon les personnes et les périodes de la vie professionnelle : capacité variables en fonction de l’âge, de l’expérience professionnelle et en fonction du contexte de travail (nouveaux poste, arrêt maladie, retour de congé, etc.).

L’accumulation de ces facteurs augmente le risque de TMS.

Nos conseils

COMMENT ÉVALUER LE RISQUE D’APPARITION DE TMS ?

L’évaluation des risques, retranscrite dans le Document Unique, est là pour vous aider. Ce document vous permet de recenser les situations à risque, notamment pour les TMS.

Votre médecin du Travail ainsi que l’équipe pluridisciplinaire du SEST sont à votre écoute et peuvent vous assister dans la mise en place de votre démarche prévention.

QUE DOIS-JE FAIRE ?
Plusieurs méthodes peuvent être utilisées :
Observations, entretiens individuels, questionnaires, entretiens collectifs, etc. ;

La démarche de prévention doit être renforcée lors de l’apparition
de plaintes et à l’occasion de tout changement (augmentation de l’absentéisme, changement de process, tâche inhabituelle, etc.) ;

Être vigilant permet d’agir précocement et de limiter les conséquences des risques de TMS pour l’entreprise et pour les salariés ;

Quelques soient les mesures que vous mettrez en place, vous devez les évaluer régulièrement et les adapter si nécessaire. Pour cela, il convient de définir des indicateurs de suivi des actions. La prévention des risques de TMS est un processus d’amélioration continue.

Télécharger la fiche repère !