La prévention : trop chère pour les entreprises ?

Les fiches argumentaires du SEST

« La Prévention, ça coûte cher ! » – Une affirmation souvent entendue et corrigée par les préventeurs. En effet, la prévention engendre des coûts mais surtout elle rapporte ! C’est notamment l’objet du Plan Santé au Travail 2016-2020 qui vise à améliorer la qualité de vie au travail, levier de santé, de maintien en emploi des travailleurs et de performance économique et sociale de l’entreprise.

 

La prévention en entreprise : de quoi parle-t-on ?

L’intérêt premier d’une action de prévention est d’éviter, de réduire, voire de supprimer la survenance d’évènements délétères pour le salarié et in fine pour l’entreprise. Elle permet donc l’amélioration des conditions de travail des salariés corrélée à la performance économique de l’entreprise.
Comme l’énonce l’article L.6313-5 du Code du Travail, « les actions de prévention ont pour objet de réduire, pour les salariés dont l’emploi est menacé, les risques résultant d’une qualification inadaptée à l’évolution des techniques et des structures des entreprises, en les préparant à une mutation d’activité, soit dans le cadre, soit en dehors de leur entreprise ». En ce sens, une action de prévention est une action qui, quelle que soit sa motivation, a un impact favorable de réduction ou de suppression d’un risque.

 

Des outils de prévention à votre disposition !

Dans l’idée d’aider nos entreprises adhérentes à concevoir la prévention comme un levier économique, le SEST a développé des fiches argumentaires dont l’objectif est de mettre en exergue les gains apportés par la mise en place d’actions de prévention concrètes. Le but étant de comparer l’avant/après sous deux axes : un bilan santé et un bilan économique. Cette démarche permet de démontrer de façon objective l’apport économique de la mise en place d’une politique de prévention adaptée.
La fiche met en avant le rapport entre le gain en matière de santé du salarié et le coût financier pris en charge par l’entreprise. Il convient dans un premier temps d’identifier l’entreprise et les actions réalisées par les salariés chaque jour afin de dresser un bilan prévention et économique, c’est-à-dire une évaluation quantifiée de tous les impacts.

Trois aspects sont ensuite étudiés :

  • Organisationnel : analyse des méthodes, modes opératoires, préparation du lieu de travail ;
  • Technique : examen des matériels et matériaux, Équipements de Protection Individuels et Collectifs (EPI et EPC) ;
  • Humain : formations, sensibilisations et personnel dédié.

Cette démarche vise à quantifier précisément l’impact d’une politique de prévention sur la santé des salariés mais aussi sur la rentabilité qu’elle génère, selon une méthodologie spécifique permettant une étude comparative et donc la formulation de résultats.

 

     

 

Dans cette logique de prévention, le SEST a développé un applicatif permettant à ses entreprises adhérentes d’évaluer le coût de l’absentéisme dans leur entreprise. Retrouvez l’outil sur le portail adhérents, rubrique ABSIMètre.

 


Article rédigé par

Florence Godinho, Responsable Pôle Prévention

Aurélie Methion, Responsable Communication

Posted in Infos employeur.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*