Les douleurs dorsales, comment les prévenir ?

Les Troubles Musculo-Squelettiques (TMS) sont des affections qui désignent de nombreuses pathologies liées à un travail répétitif ou à une hyper-sollicitation. Ils concernent principalement les muscles, les tendons, les nerfs et atteignent les articulations (dos, épaules, coudes, poignets, genoux). Les causes d’apparition sont multiples : l’activité professionnelle joue un rôle majeur dans leur survenue, leur maintien ou leur aggravation mais les caractéristiques personnelles peuvent aussi avoir un impact (âge, période de la vie, contexte de travail, etc.).
Les TMS sont les maladies professionnelles les plus répandues et représentent 87% des cas (+60% en 10 ans). 45% d’entre elles entrainent des incapacités permanentes.*

 

Les facteurs de risques des TMS

Dans le monde du travail, nous distinguons trois secteurs d’activité, qui sont tous impactés par les risques de TMS :

  • Secteur primaire : collecte et exploitation directe des ressources naturelles ;
  • Secteur secondaire : industries de transformation ;
  • Secteur tertiaire : industries de service.

 

Les causes, l’impact et les facteurs aggravant varient selon l’activité de travail, mais toutes les professions sont concernées :

  • Les professionnels des secteurs primaire et secondaire représentent la majorité des cas des TMS car ils sont exposés à une activité physique importante imposant des efforts et des gestes répétitifs ;
  • Dans le secteur tertiaire, les TMS sont majoritairement dûes à une activité sédentaire au poste de travail. Celui-ci impose une posture
    statique pendant de longues heures et la survenue de douleurs peut s’expliquer par des positions contraignantes maintenues dans la durée, un aménagement inadéquat du poste de travail, un équipement inadapté, le stress…

 

Tous ces facteurs participent à l’apparition de TMS au niveau de la nuque, des épaules, des poignets, des jambes et du dos :

Le dos : des mouvements déviant de la position neutre de la colonne vertébrale ;
  • La flexion avant et arrière du dos : par exemple lors de la prise d’une charge au sol et rangement en hauteur ;
  • La torsion du dos : déplacement latéral d’une charge sur un plan de travail (caisse de supermarché), récupération d’un produit/objet placé sur le côté.

Les conséquences :

  • Lombalgie : douleur et tension musculaire localisées dans le bas du dos ;
  • Dorsalgie : gène et douleur dans le haut et milieu du dos pouvant se répercuter sur la cage thoracique (côtes) ;
  • Cervicalgie : douleur et tension musculaire au niveau du cou et des trapèzes.

 

Les membres supérieurs : des postures contraignantes
  • Les torsions des poignets (essorage de serpillière, serrage de bocaux) ;
  • Les extensions des bras (rangement en hauteur, port de charge à bout de bras) ;
  • Les bras en élévation (nettoyage des vitres, mise en rayon, travaux mécaniques sur voiture, pose de plafond tendu, etc.).

Les conséquences :

  • Tensions et fatigue musculaires ;
  • Tendinites au niveau des articulations des bras, épaules, coudes et poignets ;
  • Atteinte des nerfs (syndrome du canal carpien) et des vaisseaux sanguins.

 

Quelles solutions ?

De manière générale et quel que soit le métier que vous exercez, il est important d’avoir en tête les limites physiques qui sont imposées par votre corps. De ces limites sont déterminées des « zones de confort », qui sont les positions les moins coûteuses pour l’organisme.

Nous vous conseillons d’adopter des postures vous permettant de garder le dos et la nuque bien droits. En fonction des professions, ces postures peuvent être compliquées à adopter. Néanmoins, il est important de les garder en tête pour pouvoir corriger les placements néfastes qui peuvent l’être.

Les situations impliquant le port de charges nécessitent de garder le dos droit lors des manipulations et d’accompagner les charges au sol en fléchissant les jambes. Leur déplacement doit préférentiellement être réalisé grâce à des équipements d’aide à la manutention comme des chariots, des étagères mobiles, etc.

 

Dans le cas de situations de travail de bureau, il est important de maintenir :

  • Les pieds à plat sur le sol ou sur un repose-pied ;
  • Le coude en angle droit ;
  • Les avant-bras proches du corps ;
  • La main manipulant la souris dans le prolongement de l’avant-bras ;
  • Le dos droit ou légèrement en arrière, soutenu par le dossier ou un coussin.

En cas d’apparition de douleurs, n’hésitez pas à solliciter un avis médical… mais aussi votre Médecin du Travail ! Celui-ci peut demander la réalisation d’une étude de poste par un membre de l’équipe pluridisciplinaire. L’étude permettra de déterminer les situations à corriger et vous proposera des aménagements adaptés. Ces préconisations, transmises à vos responsables, peuvent comprendre :

  • Des conseils concernant la fourniture de nouveaux matériels plus adaptés à vos situations de travail ainsi qu’à vos pathologies ;
  • De nouveaux modes de fonctionnement (aménagement de zones de stockage, réflexion concernant l’organisation spatiale des locaux, etc.).

 

& retrouvez nos vidéos « tutos » pour tout connaître des réflexes à avoir pour bien s’installer à son poste de travail informatique !

 


Article rédigé par

Anissa Ndiaye, Ergonome-IPRP au SEST

Jean-Mickaël Dupuy, Ergonome-IPRP au SEST

Posted in Les bonnes pratiques en entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.